(33) 06 25 55 41 75|contact(@)saveursdebresse.fr

L’Ancienne Auberge de Vonnas, le meilleur bistrot de France?

2018-02-17T18:47:30+01:00

À L'Ancienne Auberge, dans l'Ain, Georges Blanc perpétue la tradition culinaire de sa grand-mère Élisa avec exigence et authenticité. Inventée en 1900, l’Ancienne Auberge, proche de Mâcon, accueille 60.000 convives par an, pour une cuisine régionale de tradition à des prix défiant toute concurrence. À l’heure où les additions dans les bons restaurants sont souvent dissuasives, l’ancien café du village bressan (2.850 habitants) affiche un menu quotidien à 25 euros, vin et café compris. De toute la région, de Mâcon, de Lyon ou de la frontière suisse déferlent des palanquées de fins becs attirés par la cuisine traditionnelle de la Mère Blanc modernisée par Georges Blanc. Le petit-fils, trois étoiles à côté, a été élevé dans le goût du poulet fermier, de la poularde et des spécialités locales ô combien préservées, tout comme le décor de l'Ancienne Auberge, reconstitué à l’identique façon début du XXe siècle –confort moderne, ouverture sur le jardin et le bassin du resort Blanc, cinq hectares. Georges Blanc dans son Ancienne Auberge © GP Dans la France des bonnes tables préférées des Français, la bistronomie a pris une place prépondérante. Rien qu’à Paris, le guide Lebey des Bistrots recense 600 adresses par an, et le Michelin 2017 accorde un Bib gourmand (moins de 30 euros) à 645 restaurants en France, ce qui draine de nouvelles couches de gourmets: les prix doux sont motivants. La volaille de Bresse, le «must» obligatoire À Vonnas, Georges

L’Ancienne Auberge de Vonnas, le meilleur bistrot de France?2018-02-17T18:47:30+01:00

Georges Blanc

2018-01-13T19:08:15+01:00

« Vonnas: Georges Blanc chez lui » Georges Blanc dans sa salle à manger © GP Il y a tellement de Georges Blanc, entre Vonnas, St Laurent sur Saône,  Lyon, Bourg-en-Bresse et bientôt Jassans, qu’on ne sait pas toujours lequel est le bon. Ni où le dénicher. Faites moi confiance. Ce jeune homme de presque 68 ans qui en fait aisément dix de moins (il n’a jamais bu de café, jamais touché une cigarette, boit modérément: ceci explique cela!), n’est vraiment lui-même qu’à Vonnas. Ambiance du restaurant © GP Il est capable, certes, comme il l’a fait la semaine passée, d’aller porter la bonne parole de la volaille de Bresse, dont il préside l’AOC, au Japon, devant un parterre nombreux et fourni. Et il s’apprête à récidiver, au cours des glorieuses, qui débutent la semaine prochaine à Montrevel, en levant le coude aux halles et en prenant le micro, comme il se doit. La cuisine vue de la passerelle sur la Veyle © GP Mais cet organisateur hors pair, qui est, quoi qu’on en pense, un humaniste militant, est d’abord un chef en blanc, qui crée, adapte, raconte, reprend, tisse la toile d’un terroir qui est son terreau. Le foie blond, la volaille à la crème, les écrevisses ou les grenouilles : voilà son (délicieux) fonds de commerce. Il sait jouer aussi avec les autres terroirs, la truffe en saison, le boeuf de grande qualité, où il

Georges Blanc2018-01-13T19:08:15+01:00
Aller en haut