(33) 06 25 55 41 75|contact(@)saveursdebresse.fr

En Bresse, poules de luxe, beaux gosses et bêtes à concours

2018-03-15T17:11:27+01:00

Des poulets de Bresse plumés à Viriat, près de Bourg-en-Bresse, le 18 décembre 2014 afp.com/Philippe Desmazes  En Bresse, la volaille élevée au grand air, dorlotée aux céréales et au lait, épilée à la pince et coiffée au sèche-cheveux mène une vie de poule de luxe et de bête à concours. Viriat ( Ain 01440)  France Seuls volatiles protégés par une AOP, l'Appellation d'origine protégée de l'Union européenne - qui a succédé à l'AOC accordée en 1957 - les poulets mais surtout les poulardes et chapons de Bresse aux couleurs bleu (les pattes), blanc (les plumes), rouge (la crête) illustrent le triomphe du Made in France sur les tables de fêtes et des restaurants étoilés jusqu'au Japon. La journée d'une poule de luxe démarre au champ quoi qu'il arrive, à raison de 10 à 15 m2 par volaille: obligation leur est faite par l'AOC/AOP de compléter pour un tiers leur régime en végétaux et vermisseaux et de se muscler en courant dans l'herbe. Chez Christian Chatard, à Viriat (Ain), au nord de Bourg-en-Bresse, on les retrouve picorant dans les sous-bois malgré la pluie battante. De sortie au lever du jour, elles regagnent spontanément le soir leurs cabanes que l'éleveur déplace au gré de la prairie disponible. "Oui, c'est du travail" consent-il. Au poulailler, les règles sont aussi strictes: 50m2 pour 500 volailles maximum (soit 10 au m2 contre 20 selon les normes européennes de bien-être animal).

En Bresse, poules de luxe, beaux gosses et bêtes à concours2018-03-15T17:11:27+01:00

AOP (Appellation d’Origine Protégée)

2018-03-14T19:04:56+01:00

Le roi Henri IV aurait séjourné en Bresse et séduit par la saveur de la volaille qu’on lui servit il fit vœu que toujours son peuple « puisse mettre la poule au pot. » Aujourd’hui encore l’incertitude plane sur cet épisode de l’histoire de France ! C’est en 1825 que Brillat Savarin dans son livre « La physiologie du goût » classe la volaille de Bresse au premier rang et lui donne ce nom « Reine des volailles, volaille des rois » Quelques concours plus tard et le chemin de fer permettant de faire connaître la Volaille de Bresse dans toutes les capitales européennes. site web Glorieuses de Bresse Objet de toutes les convoitises la Volaille de Bresse doit être protégée. Un territoire est délimité et toute la filière professionnelle se réunit au sein du Comité Interprofessionnel de la Volaille de Bresse (CIVB). Et le 1er Août 1957 l’Assemblée Nationale vote l’attribution de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) pour la volaille de Bresse et en 1976 pour la Dinde de Bresse. Celle-ci devient AOP (Appellation d’Origine Protégée). Consommateur, gourmet, élève d’école hôtelière, journaliste : en dégustant une volaille de Bresse, vous prenez part à cette histoire….

AOP (Appellation d’Origine Protégée)2018-03-14T19:04:56+01:00

Nos Régions ont du talent

2018-03-16T15:48:33+01:00

Une histoire, un terroir Tous nos produits « Nos Régions ont du talent » ont une caractéristique commune : ils sont né d’un savoir-faire traditionnel. Avant de vous les proposer, laissez-nous vous raconter leur histoire qui émane du riche patrimoine gourmand de nos terroirs. La qualité Il n’y a pas de talents sans qualité… Des laboratoires indépendants ont effectué des tests de qualité sur tous nos produits. Nous opérons des audits chez nos fabricants et avant d’être commercialisés, la saveur de chaque produit a été appréciée lors de testconsommateurs. Les prix L’autre envie qui nous anime est de rendre ses produits de qualité, accessibles à tout le monde. En moyenne, un produit « Nos Régions ont du Talent » présente un prix inférieur de 10% par rapport aux marques leaders. Un partenariat Ces produits ont été sélectionnés dans leur région d’origine. Chacun est le fruit d’un partenariat avec une entreprise locale enracinée au cœur du terroir, présentant un produit au goût authentique et né d’un savoir-faire traditionnel. Nos Régions ont du Talent s’engage Mieux produire Les Contrats de Progrès pour l’Environnement ont été lancés en 2004, pour inciter les industriels à travailler sur un thème environnemental (gestion des déchets, économie d’eau ou d’énergie, bonnes pratiques environnementales). Mieux transporter Logilec a lancé ses Contrats de Progrès environnementaux en 2009, auxquels 80% de prestataires ont participé, s’engageant ainsi sur des objectifs de réduction de gaz à

Nos Régions ont du talent2018-03-16T15:48:33+01:00

En 1955, Bourg devient Bourg-en-Bresse

2018-02-10T14:55:19+01:00

La commune des Burgiens Bourg-en-Bresse est une commune de l’Ain, traversée par la Reyssouze qui se jette dans la Saône. Lors du recensement de 1936, la ville comptait 24 746 habitants. En 1955, Bourg devient Bourg-en-Bresse. L’occupation Le 16 juin 1940, le quartier de la gare de Bourg-en-Bresse est bombardé par les Allemands : 13 morts et 25 blessés. Le 19 juin 1940, les troupes allemandes sont dans l’Ain. Elles traversent la Bresse et se dirigent vers le Bugey. Pour ralentir leur progression, l’armée française sabote tous les ponts le long de la Rhône et à Bellegarde-sur-Valserine. Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l’Armistice qui entrera en vigueur le 25 juin. En quelques semaines, l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste et l’État français vont imposer au pays un ordre nouveau fondé sur l’oppression et la terreur. Le maréchal Pétain obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie à Vichy par Pétain et son administration convaincue de la victoire totale de l’Allemagne et de ses alliés. Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation1 qui sépare la zone dite « libre » où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain,

En 1955, Bourg devient Bourg-en-Bresse2018-02-10T14:55:19+01:00

Toponyme évoquant la Bresse

2018-01-14T17:25:09+01:00

Toponyme évoquant la Bresse Clicker pour visiter Beaurepaire-en-Bresse Bourg-en-Bresse Châtenoy-en-Bresse La Chaux-en-Bresse Dampierre-en-Bresse Flacey-en-Bresse Frangy-en-Bresse Lessard-en-Bresse Montpont-en-Bresse Montrevel-en-Bresse Mouthier-en-Bresse Saint-André-en-Bresse Saint-Bonnet-en-Bresse Saint-Christophe-en-Bresse Saint-Didier-en-Bresse Saint-Étienne-en-Bresse Saint-Martin-en-Bresse Saint-Vincent-en-Bresse Toutenant Serrigny-en-Bresse

Toponyme évoquant la Bresse2018-01-14T17:25:09+01:00

Fermes bressanes

2018-01-14T17:45:43+01:00

Une ferme bressane est une ferme, à l'architecture typique de la région naturelle de la Bresse. Présentation Ce type d'habitat rural se caractérise par la longueur du corps de ferme1 alliant l'utilisation de la brique et du bois. Les plus anciennes utilisaient1 également le torchis comme matériau de construction. Entre l’agraire et le domestique, la ferme révèle l’organisation de la vie sociale dans les campagnes aux xviiie et xixe siècles. Selon une organisation ancienne et quasi systématique, la vie des fermiers s’opère autour de trois types de bâtiments : la « maison », espace domestique ; les granges et remises, lieux de production pour les récoltes et le « train de ferme » ; les étables pour le bétail. A l’écart, un petit bâtiment rassemble le four, les soues pour les porcs et le poulailler, volontairement tenus éloignés de l’habitat des hommes pour prévenir tout risque d’incendie. Clicker pour visiter Ferme bressane Ferme du Champ-Bressan Cheminée sarrasine Ferme de la Grange du Clou Ferme de la Forêt Grange des Carrons Ferme du Mont Ferme des Planons Ferme du Sougey Ferme de La Train Ferme de Travernay Caractéristiques L'architecture rurale bressane est intimement liée à son territoire. Elle utilise les ressources du sol et produit un habitat né de la terre et du bois. Les bâtiments, dont les formes viennent du Moyen Age, se reproduisent au cours de siècles suivants sans évolution marquante. L'utilisation du

Fermes bressanes2018-01-14T17:45:43+01:00

Cours d’eau de la Bresse

2019-03-05T17:29:39+01:00

[layerslider id="1" /] Cours d’eau de la Bresse Clicker voir visiter Canal de Pont-de-Vaux Dévorah (ruisseau) Gizia (rivière) Grande Loëze Guyotte Jugnon Loëze Menthon Reyssouze (rivière) Ruisseau de Montépin Sâne Morte Sâne Vive Seille (Saône) Sevron Solnan Souchon (rivière) Vallière (rivière) Veyle Voye

Cours d’eau de la Bresse2019-03-05T17:29:39+01:00

Vignoble du Bugey

2018-01-14T12:01:14+01:00

Le vignoble du Bugey est une zone viticole qui se situe dans le département de l'Ain. Entre le vignoble de Savoie et celui du Jura, il partage avec eux certaines caractéristiques climatiques et géologiques. Histoire Au Moyen Âge, les moines développèrent la culture de la vigne sur les territoires de leurs abbayes : l'histoire du vignoble bugiste commence avec les moines de l'abbaye cistercienne de Saint-Sulpice à Thézillieu en 1130 et ceux d'Ambronay en 1135. En 1601, le Bugey devient français par le traité de Lyon. Le vignoble occupait alors une superficie considérable (environ 7 000 hectares à son apogée) qu'il garde jusqu'à la fin du xixe siècle. xixe siècle Brillat-Savarin, natif de Belley, gastronome et auteur de la Physiologie du goût4, était propriétaire d'une vigne et de son grangeon dans le Bugey au début du xixe siècle. Le vignoble bugiste connut son apogée sous le Second Empire avec une superficie en vignes dépassant, rien que dans l'arrondissement de Belley, les 7 000 hectares. Le docteur Jules Guyot, en 1868, enquêtant pour le gouvernement, releva que la vigne représentait 25 % du produit agricole du département. Le vignoble du Bugey produisait pour les marchés voisins reliés par la voie ferrée de Lyon à Genève. C'est dans ce contexte que survint le phylloxéra à partir de 1875, anéantissant toutes les vignes. xxe siècle La vigne a été replantée très lentement au xxe siècle, sur de nombreux éboulis caillouteux, des moraines glaciaires

Vignoble du Bugey2018-01-14T12:01:14+01:00

Georges Blanc -2

2018-01-13T19:21:53+01:00

Georges Blanc « Vonnas: dans l’antre du roi Blanc » Georges Blanc et sa fille Lara © GP De Georges Blanc, on a tout dit : qu’il était un organisateur de grand talent, un bâtisseur de génie, un gestionnaire hors pair, un aubergiste alerte, un bistrotie, malicieux, un défenseur de son terroir, président du comité interprofessionnel de la volaille de Bresse depuis trente ans, sachant se faire hôtelier, boutiquier, vigneron, que sais-je encore ? Mais il ne faudrait pas oublier qu’il est aussi ce cuisiner Rhône-alpin de haute volée, peaufinant son art et son style, cumulant les belles recettes, trustant les étoiles – il en possède trois, depuis 35 ans déjà à Vonnas- et c’est bien sûr chez lui qu’il faut le redécouvrir. Huître Gillardeau et caviar © GP Embrouillade de grenouilles © GP Georges Blanc, cuisinier, épaulé par son second Frédéric Desmurs, son fils Frédéric, son directeur de salle Alain Pichon, son sommelier Fabrice Sommier, MOF de son registre et directeur de la restauration de sa maison, c’est un roc, un pack solide, une équipe qui fonce. Avec ses belles salles boisées en enfilade, longeant le cours de la Veyle, ses fauteuils confortables, leur mise table soignée, leur cave immense de 120000 bouteilles, il joue, bien évidemment, au sommet de sa catégorie. Savarin d’omble-chevalier et écrevisses © GP Araignée et infusion de haddock © GP Source  http://www.gillespudlowski.com/141031/restaurants/vonnas-dans-lantre-du-roi-blanc Le retrouver, au gré d’un week-end heureux, alors que les

Georges Blanc -22018-01-13T19:21:53+01:00

Georges Blanc

2018-01-13T19:08:15+01:00

« Vonnas: Georges Blanc chez lui » Georges Blanc dans sa salle à manger © GP Il y a tellement de Georges Blanc, entre Vonnas, St Laurent sur Saône,  Lyon, Bourg-en-Bresse et bientôt Jassans, qu’on ne sait pas toujours lequel est le bon. Ni où le dénicher. Faites moi confiance. Ce jeune homme de presque 68 ans qui en fait aisément dix de moins (il n’a jamais bu de café, jamais touché une cigarette, boit modérément: ceci explique cela!), n’est vraiment lui-même qu’à Vonnas. Ambiance du restaurant © GP Il est capable, certes, comme il l’a fait la semaine passée, d’aller porter la bonne parole de la volaille de Bresse, dont il préside l’AOC, au Japon, devant un parterre nombreux et fourni. Et il s’apprête à récidiver, au cours des glorieuses, qui débutent la semaine prochaine à Montrevel, en levant le coude aux halles et en prenant le micro, comme il se doit. La cuisine vue de la passerelle sur la Veyle © GP Mais cet organisateur hors pair, qui est, quoi qu’on en pense, un humaniste militant, est d’abord un chef en blanc, qui crée, adapte, raconte, reprend, tisse la toile d’un terroir qui est son terreau. Le foie blond, la volaille à la crème, les écrevisses ou les grenouilles : voilà son (délicieux) fonds de commerce. Il sait jouer aussi avec les autres terroirs, la truffe en saison, le boeuf de grande qualité, où il

Georges Blanc2018-01-13T19:08:15+01:00
Aller en haut